Adversité, combativité et expérience

Mises à jour importantes du calendrier d’évènements nationaux
8 October 2021
Kelly Deguchi termine septième à son premier Grand Chelem
18 October 2021

Après avoir vu leurs compatriotes Isabelle HarrisJustin Lemire et Joel DeMaere combattre mercredi et jeudi aux Championnats du monde juniors de judo à Olbia, en Italie, c’était maintenant au tour d’Alexandre ArencibiaAlexandria LefortIan Ryder et Coralie Godbout de représenter l’unifolié sur les tatamis d’Olbia.

Le Montréalais Alexandre Arencibia était d’abord en action chez les moins de 90 kg vendredi. Après une victoire à son combat d’ouverture face au Letton Maksims Duinovs, le Québécois a baissé pavillon dans un combat âprement disputé.

Alexandre Arencibia (en blanc)

Arencibia et son adversaire, le Russe Adam Sangariev, se sont en effet livrés un combat de presque 11 minutes. L’égalité a persisté au bout du temps réglementaire et jusqu’à ce que Sangariev réussisse à venir à bout de son rival.

« Son premier combat s’est bien déroulé, il a été physique et il a mérité amplement la victoire. Par contre, Sangariev a été très fort et stratégique. Encore une fois, le temps hors des tatamis en raison de la pandémie ne nous a pas aidés et nous en avons une autre preuve ici. Ç’a été un bon et long combat, Alexandre a travaillé fort, mais le Russe est un bon stratège », a commenté l’entraîneur canadien Jean-Pierre Cantin.

Sangariev a finalement remporté la médaille de bronze en défaisant son compatriote Egor Andoni.

Également en action vendredi, l’Ontarienne Alexandria Lefort a perdu à son premier combat contre l’Italienne Martina Esposito par ippon dans la catégorie des moins de 70 kg.

« Elle a failli marquer un point vers la fin du combat, mais elle a chuté sur sa tête. Elle s’est fait une commotion cérébrale sur la séquence. Alexandria a donné un gros combat en revenant en force dans la deuxième moitié. J’étais content de sa performance, elle peut marcher la tête haute », a reconnu Cantin.

Puis, samedi, c’était au tour de Ian Ryder de fouler les tatamis d’Olbia. Le Britanno-Colombien a réussi son entrée chez les moins de 100 kg en défaisant Jean Carletti, qui combattait devant ses partisans.

Ryder a toutefois été battu au tour suivant alors que Utkirbek Turoboyev de l’Ouzbékistan a eu le meilleur de leur affrontement avec un ippon. Turoboyev a par la suite remporté la médaille de bronze.

« Turoboyev était très fort, Ian aurait pu le battre, il a peut-être été trop confiant à un certain moment et son adversaire en a profité. C’était un bon combat très serré », a expliqué Cantin.

Finalement, Coralie Godbout de Stoneham était la dernière Canadienne en action en Italie dans la catégorie des moins de 78 kg. Godbout a bien commencé la journée en battant Narmin Amirli de l’Azerbaïjan de manière convaincante.

La tâche était toutefois lourde pour Godbout au tour suivant et elle a été défaite par l’éventuelle médaillée d’or, l’Allemande Anna Monta Olek par waza-ari.

« L’Allemande était classée première au monde, on savait qu’elle était très forte. Coralie s’est bien débrouillée malgré quelques petites blessures. Elle a perdu contre la meilleure, donc on peut être fière d’elle », a mentionné l’entraîneur canadien.

De manière générale, Cantin est satisfait des performances de ses troupes à ces Championnats du monde, vu les circonstances. Il ne cache pas qu’il reste encore du travail à faire pour que les judokas retrouvent le sommet de leur forme, notamment après plusieurs mois passés loin des tatamis.

« La pandémie a clairement affecté notre préparation contrairement à d’autres pays en Europe. On a du retard à reprendre. La ligne était souvent mince entre la victoire et la défaite pour certains de nos athlètes cette semaine. Nos jeunes s’entraînent fort et ils restent motivés, on va être capables de passer à la prochaine étape sous peu », a conclu Jean-Pierre Cantin.