Robin Enman responsable d’accueillir de la grande visite à l’Île-du-Prince-Édouard

Du judo aux T.-N.-O. : Chantal Steitzer voit grand
14 September 2021
Plusieurs chemins mènent au judo, Eileen Parsons le prouve à Terre-Neuve-et-Labrador
16 September 2021

Un défi important attend la communauté de l’Île-du-Prince-Édouard qui accueillera les Jeux du Canada à l’hiver 2023. Rien toutefois pour effrayer Robin Enman et son équipe de bénévoles qui veilleront au bon déroulement des compétitions de judo pendant le grand rendez-vous.

« Les Jeux du Canada de 2023 seront spéciaux », convient l’actuel président du comité de la haute performance et de celui des grades à Judo PEI. « Je suis toutefois certain que tout se déroulera comme sur des roulettes. »

L’ancien responsable de l’équipe de judo de l’Île-du-Prince-Édouard aux Jeux de 2015 à Prince George et de 2019 à Red Deer pourra probablement faire une sorte de répétition générale l’an prochain. « Nous prévoyons être les hôtes de l’Omnium de l’Atlantique en septembre 2022. Cela permettra aux organisateurs et aux bénévoles de prendre de l’expérience en vue des Jeux du Canada, mais ça aidera aussi les athlètes qui pourront se familiariser avec les installations. »

L’organisation d’une compétition réunissant les meilleurs jeunes judokas de toutes les provinces et de tous les territoires au pays est stimulante pour la petite communauté insulaire, même si la pandémie de la COVID-19 est venue un peu brouiller les cartes.

« En février 2023, nous pourrons voir à quel point chaque province se sera adaptée, mais je crois que chacune continuera d’être une prétendante au podium. Ce sera plaisant de voir les jeunes sur le tatami se donner corps et âme », avance M. Enman, qui gravite dans l’univers du judo depuis près de 30 ans.

Nicolas Gill, directeur général et directeur de la haute performance à Judo Canada, explique à quel point cette compétition est essentielle. « Les Jeux du Canada sont une étape importante vers le programme de l’équipe nationale et au cœur des programmes provinciaux à travers le pays. L’édition 2023 sera une excellente occasion de présenter et de promouvoir le judo dans la petite mais dynamique province de l’Île-du-Prince-Édouard, où le judo s’est bien développé au cours des 10 dernières années grâce à l’implication de grands bénévoles comme Robin. Nous nous sentons privilégiés de pouvoir compter sur lui pour la mise sur pied d’un événement aussi important pour la communauté du judo au Canada. »

Saul Hood, président de Judo PEI, est fier d’avoir la chance de montrer le savoir-faire de sa province. « Pouvoir accueillir les Jeux d’hiver de 2023 nous donne l’occasion de montrer au reste du Canada que même si nous formons une petite province, nous sommes en mesure d’offrir une compétition de haut niveau. Judo PEI a toujours bien travaillé en équipe et les Jeux d’hiver du Canada ne feront pas exception. Nous travaillons ardemment dans le but d’offrir une expérience mémorable à tous les athlètes et entraîneurs impliqués. »

Coopération encore plus grande

Ancien secrétaire, vice-président et président de Judo PEI, Robin Enman, aussi sensei du club Gravity, connaît bien la réalité de son sport à l’Île-du-Prince-Édouard et les défis qui en découlent.

« Nous formons un petit groupe puisque nous avons seulement quatre clubs dans la province et un peu moins de 200 membres. Tous les entraîneurs participent aux activités provinciales. Notre comité de la haute performance comprend deux entraîneurs de chaque club et prend les décisions quant aux sélections. La force de notre province est vraiment liée à la volonté de nos clubs de s’associer. Les athlètes ont tous besoin de différents types de partenaires d’entraînement et il y a des manques dans chaque club en termes de nombre de judokas – on ne peut pas tout faire seul – alors nous travaillons tous ensemble pour nous préparer pour les Jeux. Au sein de chaque club, il y a au moins un athlète qui a besoin de se retrouver avec les meilleurs athlètes pour poursuivre au prochain niveau. »

Si la pandémie a été et est toujours un obstacle au développement des athlètes, elle aura eu un certain effet positif dans l’île. « Il y a souvent un sentiment de compétition au sein de la province pour participer aux Jeux du Canada. L’incertitude liée à la COVID-19 a toutefois rendu les choses différentes cette année, notre coopération est plus forte que jamais », avance le professeur d’éducation physique à l’école John J Sark de la communauté des premières nations de l’île Lennox.

L’expérience acquise par Robin Enman l’amène à philosopher au sujet de sa famille du judo. « Le drapeau de la province compte un gros arbre et trois plus petits. C’est un peu un symbole de notre situation. Ensemble, nous pouvons réduire l’écart et offrir des meilleurs entraînements pour tous, peu importe l’âge, le poids ou le genre. L’équipe de l’Île-du-Prince-Édouard doit compter sur des athlètes de tous les clubs. Nous sommes plus forts de cette manière. »

« Tous les clubs ont une spécialité qui peut être profitable aux autres et, quand nous nous rassemblons, nous pouvons voir la force de chaque athlète en lien avec son club. Tous les entraîneurs traitent tous les athlètes comme s’ils étaient leurs propres élèves. »

Vous cherchez un club près de chez vous? Consultez cette page : judocanada.org/fr/outils-de-recherche-de-club/