Je ne serai peut-être plus jamais promu et c’est très bien ainsi.

Le championnat Élite 2022 planifié les 15 et 16 janvier à Edmonton est annulé.
3 January 2022
L’équipe s’agrandit !
19 January 2022

Bernard Letendre, LL.B., LL.M.

Chef mondial, Stratégie et produits

Gestion de placements Manuvie

La plupart des gens savent que le judo, comme de nombreuses entreprises, a un système de grades bien défini. Alors que les entreprises utilisent des titres comme « associé(e) », « directeur(trice) » ou « vice-président(e) », le judo utilise un système de ceintures : blanche à marron pour le Mudansha et noire pour le Yudansha. En tant que ceinture noire du 3e degré, j’occupe une sorte de rang intermédiaire : pas mal, mais certainement pas au sommet du totem. Je ne pense plus pouvoir aller plus loin et, bien que je sois en paix avec cela, il fut un temps où cette pensée m’aurait rendu fou.

Pendant mon adolescence, je faisais partie d’une cohorte de jeunes judokas, la plupart d’entre nous provenant de la même école de garçons. Nous étions amis et avions à peu près le même âge. En général, nous progressions au même rythme et obtenions des promotions en même temps. Mais de temps en temps, un de mes amis était promu avant moi. J’aimerais dire que j’étais heureux pour mon ami, mais pour être parfaitement honnête, j’étais surtout envieux. Pendant très longtemps, peu de choses ont compté autant pour moi que de suivre le rythme de mes pairs.

Quand j’étais jeune, j’étais toujours impatient de passer au niveau supérieur. La joie et la satisfaction d’atteindre un nouveau grade, cependant, étaient toujours de très courte durée. J’étais promu gestionnaire, pardon, ceinture orange, et je souhaitais avoir ma ceinture verte. J’obtenais ma ceinture verte et souhaitais avoir ma ceinture bleue. À l’époque, poussé comme je l’étais par une ambition intense, toute promotion que j’obtenais me semblait fatiguée presque aussitôt que je l’avais obtenue.

En tant que jeune adulte, le prestige était aussi très important pour moi, tout comme le fait d’être glorifié pour ce que je considérais à l’époque comme mes propres prouesses impressionnantes. Le judo est censé représenter plus que soi-même, mais à l’époque, il ne s’agissait que de moi : Obtenir de bons résultats dans les tournois, améliorer ma technique, peaufiner mes katas, gravir les échelons. Je ne suis pas sûr que j’aurais pu, à l’époque, articuler un but au-delà de moi-même. Bien sûr, rien de tout cela n’est inhabituel quand on a 20 ou 30 ans et une partie de la croissance consiste à apprendre que tout ne tourne pas autour de soi.

Quand mes enfants avaient six ou sept ans, ils ont commencé à apprendre le judo. C’était mon idée, bien sûr, pas la leur, et je voulais être impliqué. J’ai donc demandé à mon sensei de me donner un coup de main pour les cours des enfants. À l’époque, l’enseignement ne nécessitait pas que je modifie ma propre trajectoire de quelque manière que ce soit. Les cours pour enfants n’entraient pas en conflit avec les cours pour adultes, ce qui signifiait que je ne devais pas compromettre mon propre entraînement. Je me suis maintenu en forme, j’ai continué à participer aux compétitions, à m’entraîner pour les passages de grades et j’ai pu continuer à gravir les échelons. C’était, après tout, ma priorité.

J’ai découvert que j’aimais enseigner, mais, bien sûr, j’étais le pire professeur possible pour mes propres enfants, comme le sont souvent les pères. J’ai fait en sorte que l’enseignement me concerne plus qu’ils ne les concernent. Mes attentes étaient trop élevées et ce que je percevais comme leur manque d’engagement me décevait. Sept ou huit ans plus tard, alors qu’ils avaient atteint le milieu de l’adolescence, ils ont tous les trois décidé d’arrêter. Ils n’ont jamais vraiment apprécié le judo comme je l’avais fait, ils n’ont jamais été aussi passionnés que moi et c’est à cette époque que j’ai fini par accepter que la véritable motivation doit venir de l’intérieur. Leur décision a été une déception pour moi, mais aussi une grande leçon et, heureusement, elle n’a pas été perdue pour moi. Enseigner, comme diriger, c’est servir les autres, pas soi-même.

C’est à cette époque, il y a environ cinq ans, que j’ai eu l’occasion de me joindre au club de judo de l’Université de Toronto en tant qu’instructeur bénévole. Les étudiants universitaires vivent une période unique et formatrice de leur vie. Beaucoup d’entre eux quittent la maison pour la première fois. Ils sont confrontés à des peurs et à des pressions qu’ils n’ont jamais connues auparavant. Au fil des années et à mesure qu’ils s’approchent de l’obtention de leur diplôme, ils commencent à être confrontés au stress et à l’angoisse de devoir trouver un emploi et d’entrer dans le monde effrayant de l’indépendance et de l’âge adulte. J’ai vite compris l’importance du rôle que mes collègues instructeurs et moi-même pouvions jouer à ce moment très important de leur vie, en apportant notre expérience du judo, mais aussi notre expérience de parents et de professionnels accomplis.

Cinq ans plus tard, mes priorités ont complètement changé. Alors que j’avais l’habitude de tirer la plus grande satisfaction de mes propres progrès et de mon propre développement, c’est maintenant en aidant les gens autour de moi à se développer et à s’épanouir que je tire le plus de satisfaction. Ici et maintenant, c’est ainsi que je pense pouvoir apporter la contribution la plus utile et la plus significative. C’est aussi, sans aucun doute, ce qui me procure le plus de satisfaction.

Il y a, bien sûr, un prix à payer pour tout cela. J’ai une carrière exigeante et je ne peux consacrer que quelques heures par semaine au judo. Si je voulais continuer à gravir les échelons, je devrais recommencer à faire de la compétition afin d’accumuler les points requis; je devrais réserver du temps chaque semaine pour préparer mon prochain passage de grade et je devrais probablement faire tout cela dans un autre dojo, avec un cadre d’instructeurs qualifiés pour aider quelqu’un comme moi à dépasser son niveau actuel. Très probablement, cela signifierait prendre un congé sabbatique de l’enseignement. À ce stade de ma vie, je ne suis pas prêt à le faire, ce qui n’a pas pour but de minimiser de quelque façon que ce soit les réalisations des nombreuses personnes plus âgées que moi (y compris mon propre sensei) qui ont choisi au fil des ans de poursuivre leur propre progression dans les rangs. Chacun d’entre nous doit faire des choix en fonction de ses propres priorités et circonstances.

Ce qui m’importe le plus est devenu clair pour moi : Avoir une influence positive et significative sur les personnes qui m’entourent, sur les tapis et au-delà, et, à ma petite échelle, sur la société dans son ensemble. Cela compte beaucoup plus pour moi maintenant que d’obtenir des grades plus élevés et de rester au niveau de mes pairs. Je ne serai probablement plus jamais promu et c’est très bien ainsi.

PAR BERNARD LETENDRE

Login

Lost your password?