Il fut un jour demandé au cinéaste finlandais Aki Kaurismaki de mettre des mots sur l’admiration qu’il vouait à son confrère japonais Yasujiro Ozu