Roger Tremblay, entraîneur et éducateur

Le judo, le sport de toute la vie de Louis Graveline
27 May 2022
La chaleur complique la tâche des judokas canadiens
28 May 2022

Montréal, 27 mai 2022 – Roger Tremblay, de Jonquière (Québec), a fait son entrée au Temple de la renommée de Judo Canada à titre de bâtisseur, le 22 mai dernier, lors de la Présentation annuelle des prix et reconnaissance de Judo Canada. Cette intronisation avait eu lieu dans le cadre des Championnats canadiens ouverts de judo qui se sont déroulés du 19 au 22 mai, au Complexe sportif Claude-Robillard, à Montréal.

Photo Judo Canada
Roger Tremblay en compagnie de Mike Tamura, Jean Pierre Cantin, Antoine Bouchard et Nicolas Gill

Celui qui est arrivé à la tête du Club de judo de Jonquière en 1975, le club d’Arvida comme on le nommait à l’époque, demeure encore aujourd’hui une figure importante du judo canadien, encore plus dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Le dynamisme et la bonne humeur qu’incarne ce retraité de l’enseignement en parlant de sa passion pour son sport sont contagieux. Invité à décrire sa réaction lorsqu’il a appris qu’il ferait son entrée au sein des immortels du judo canadien, il a répondu avec humour : « Comme j’ai toujours dit, quand on a des prix comme ça, ça veut dire accroche ton judogi, pis arrête ! J’ai été fort surpris, car tu ne t’attends jamais à des affaires comme ça.»

Plus sérieusement, Roger Tremblay, âgé de 70 ans, voit en cet honneur quelque chose comme « peut-être la conclusion d’une carrière, ou le début de la conclusion », d’une carrière qui s’est amorcée dans les années 1960.

Photo Judo Canada
Roger Tremblay

Le coup de foudre

C’est à l’âge de 12 ou 13 ans qu’il a commencé à pratiquer ce sport de combat après avoir reçu l’invitation d’un ami.

« J’étais un peu bagarreur et j’aimais ça me coltailler à l’école. On m’a prêté un judogi et je me rappelle encore de la sensation que j’ai eue. Et je n’ai jamais, jamais arrêté et même pas pensé arrêter, même malgré mes blessures. Ç’a été un coup de foudre terrible ! Aussi fort qu’un coup de foudre amoureux », s’empresse-t-il d’ajouter.

Cet amour l’a mené à devenir éducateur physique à l’école secondaire auprès des jeunes en adaptation scolaire.

Parallèlement, il a poursuivi sa carrière d’athlète et il a même pris part aux sélections de l’équipe olympique canadienne des Jeux de Montréal en 1976. Même s’il n’a pas été retenu dans l’équipe, il a tout de même vécu au rythme des Jeux à titre de bénévole pour le comité organisateur, alors qu’il était sur les côtés des tatamis au vélodrome où étaient disputés les combats.

Sa catégorie, les moins de 60 kg, a enfin fait son entrée au programme olympique quatre ans plus tard à Moscou, mais les portes d’une participation olympique se sont refermées pour lui lorsque le Canada a boycotté le rendez-vous, comme plusieurs autres pays occidentaux. La transition s’est amorcée.

« Ma carrière d’athlète tirait à sa fin et le directeur technique m’a demandé d’être entraîneur de l’équipe du Québec. »

Roger Tremblay y passera cinq ans à titre d’entraîneur adjoint et ensuite cinq autres comme entraîneur-chef.

Dans sa longue carrière au Club de judo de Jonquière, un des meilleurs clubs au Canada relève-t-il avec fierté, il a formé plus de 150 athlètes ceinture noire et deux qui ont participé aux Jeux olympiques : Jean-Pierre Cantin (Barcelone 1992) et Antoine Bouchard (Rio 2016), sans oublier plusieurs champions canadiens.

Au-delà de ces athlètes de haut niveau, il reconnaît que son impact sur la vie de centaines de jeunes a une aussi grande valeur à ses yeux, tant à son club qu’à l’école secondaire où il a enseigné.

« Le judo m’a mis dans le droit chemin et c’est l’amour de ce sport qui a fait en sorte que j’ai décidé de continuer à l’université pour devenir enseignant. Tout s’est enchaîné. C’est ce qui a changé ma vie. Si je n’avais pas connu le judo, je ne sais pas ce que j’aurais fait. Jamais je ne regretterai le cheminement que j’ai eu. J’ai voyagé partout dans le monde, j’ai fait des rencontres formidables, j’ai monté des jeunes à des niveaux super le fun. »

Et ce n’est pas parce qu’il a maintenant 70 ans que son émerveillement s’est estompé, loin de là.

« La semaine dernière (à la mi-avril), nous avons fait la tournée de l’Ouest et les neuf athlètes ont tous été médaillés ! »

Le club de judo de Jonquière a son mur des célébrités où sont affichées des photos de tous les membres qui ont obtenu leur ceinture noire. La mention de « membre du Temple de la renommée de Judo Canada » pourra maintenant apparaître sous la photo de Roger Tremblay.

S’il pouvait en ajouter une autre, l’entraîneur écrirait : « un de ceux qui a été le plus chanceux, car il a eu plusieurs beaux groupes et de bons athlètes. »

-30-

Rédaction : Sportcom pour Judo Canada

Informations :

Patrick Esparbès
Directeur général adjoint
Judo Canada
(514) 668-6279
[email protected]

Login

Lost your password?