MOTIVÉE PAR DE NOUVEAUX PROJETS DE VIE, KELITA ZUPANCIC TOURNE LA PAGE SUR SA CARRIÈRE D’ATHLÈTE

L’INESTIMABLE TRAVAIL DE DIANE COUTURE RÉCOMPENSÉ
24 February 2021
Christa Deguchi médaillée de bronze à son retour
26 March 2021

Montréal, 25 février 2021 – Après avoir passé les 12 dernières années à représenter le Canada sur la scène internationale du judo, Kelita Zupancic a décidé de mettre un terme à sa carrière d’athlète. C’est avec le cœur gros, mais aussi avec de nouveaux projets enivrants qu’elle entame ce nouveau chapitre de sa vie.

La décision n’a pas été facile, mais Kelita Zupancic s’est officiellement retirée le 1er septembre dernier, date à laquelle elle devait reprendre l’entraînement en vue de l’éventuelle reprise des activités dans le monde du judo.

« Ça m’a brisé le cœur ! Ça fait 12 ans que je fais ça à temps plein et ça devenait de plus en plus difficile pour mon corps. J’aime toujours autant le judo, mais la passion n’était plus aussi présente. C’est le temps de laisser place à la prochaine génération », a-t-elle fait savoir.

Malgré cette décision crève-cœur, les bonnes nouvelles se sont multipliées pour l’athlète de North York au cours de la dernière année. Après s’être mariée au cours de l’été avec son conjoint de longue date, le judoka américain Travis Stevens, Zupancic a appris dans les derniers mois qu’elle était enceinte.

De quoi combler de bonheur le couple qui a bien hâte d’accueillir leur petite fille, dont l’arrivée est prévue en juillet prochain. « Travis et moi étions prêts pour ça depuis longtemps et nous sommes vraiment excités de commencer ce nouveau chapitre ensemble. C’est vraiment un rêve qui se réalise pour nous deux. »

Double olympienne et multiple médaillée

Judoka depuis l’âge de cinq ans, Kelita Zupancic avait pour objectif de participer à ses troisièmes Jeux olympiques à l’été 2020. Le report de l’événement et la pandémie de la COVID-19 ont toutefois amené des changements de priorités pour Zupancic qui a su faire sa marque au fil du temps.

Au final, l’Ontarienne aura participé à deux Jeux olympiques, à Londres (2012) et à Rio (2016), terminant respectivement neuvième et septième de la catégorie des moins de 70 kg lors de ces compétitions. Elle a également été de cinq Championnats du monde de l’IJF, récoltant un sommet personnel en 2014 avec une septième place.

Toujours sur la scène internationale, Kelita Zupancic est aussi montée sur le podium plus souvent qu’à son tour, comme en témoignent ses 24 médailles toutes compétitions confondues en Grand Chelem et en Grand Prix. Ses succès ont aussi été nombreux aux Championnats panaméricains où elle a remporté sept médailles, dont trois d’or en 2010, en 2013 et en 2015. Lors de cette même année, elle avait aussi été couronnée devant ses partisans à Toronto, à l’occasion des Jeux panaméricains.

« Je me sens très accomplie en tant qu’athlète et je suis fière de ma carrière ! J’ai fait ce que j’aime pendant plusieurs années et j’ai réussi à réaliser mes rêves sportifs. Je suis choyée et je suis contente de terminer sur une note positive », a-t-elle indiqué avec émotions.

Qui plus est, le judo lui aura également permis de « trouver l’amour de sa vie » en Travis Stevens. Les deux s’étaient rencontrés lors d’une compétition présentée peu après les Jeux olympiques de Londres et ils ne se sont plus jamais quittés depuis.

« Le judo m’a apporté énormément et il m’a même permis de vivre mon histoire d’amour. Je suis vraiment comblée et je ne peux pas demander mieux », a-t-elle poursuivi.

Toujours près du dojo

Même si elle prend sa retraite en tant qu’athlète, Kelita Zupancic assure qu’elle ne sera jamais bien loin des tatamis. En plus d’effectuer ses premiers pas en tant qu’entraîneure, elle continue de faire la promotion de ce sport au Canada, de même qu’aux États-Unis en compagnie de son Travis, médaillé d’argent aux Jeux olympiques de Rio.

Souvent accompagnée de ses chiens Trapper et Snow, Zupancic se rend quotidiennement dans un dojo de Boston, où Travis et elle sont établis depuis quelques années, pour enseigner son sport favori à la future génération de judokas.

« Je fais ça tous les jours ! Je fais du coaching et je parle à des athlètes, de même qu’à des entraîneurs au moins trois heures par jour. J’entraîne beaucoup, même des athlètes canadiens à distance par un programme de mentorat en ligne. J’adore ça et je ne serai jamais bien loin de Montréal pour m’y rendre si j’ai besoin », explique Zupancic, qui se voit œuvrer dans le monde du judo encore bien longtemps.

« Travis et moi avons dédié notre vie entière au judo et nous voulons continuer dans ce sport encore longtemps. Le sport nous a donné énormément et maintenant, c’est à notre tour de transmettre notre passion et de préparer la prochaine génération. »