Jessica Klimkait championne du monde et future Olympienne !

Ecaterina Guica sait qu’elle pourra rebondir
7 June 2021
Étienne Briand surpris en fin de combat
9 June 2021

Montréal, 8 juin 2021 – Le suspense est terminé ! C’est Jessica Klimkait qui représentera le Canada chez les moins de 57 kg dans quelques semaines aux Jeux olympiques de Tokyo. Qui plus est, elle sera au Japon en tant que championne du monde en titre. Mardi, aux Championnats du monde de judo qui se déroulent à Budapest, l’Ontarienne a été explosive en grande finale pour vaincre Japonaise Momo Tamaoki par waza-ari en prolongation.

Photo: IJF, Emanuele Di Feliciantonio
Jessica Klimkait, deuxième à partir de la gauche.

Le titre mondial de cette catégorie demeure donc au Canada, car c’est Christa Deguichi qui avait été couronnée aux derniers mondiaux, en 2019. Celle-ci s’est classée cinquième à la suite de sa défaite contre l’Allemande Theresa Stoll dans une des deux finales pour le bronze.
« Ça va me prendre encore un peu de temps pour m’en imprégner, mais ç’a été une journée folle ! » a commenté la nouvelle championne du monde. « Le monde entier regardait pour savoir quelle Canadienne irait (aux Jeux) et peu importe qui ce serait, elle irait pour une médaille. »
Cette journée parfaite aux Championnats du monde a été la somme de plusieurs années de travail comme l’a précisé l’athlète de Whitby.

« Les deux ou trois dernières années ont été un parcours assez fou. Et quand la pandémie a frappé, nous ne savions pas quel serait le processus (de qualification olympique) avec les restrictions sanitaires. Ce fut un long parcours avec des hauts et des bas, mais cette situation m’a poussée à devenir la meilleure athlète que je pouvais être. Je suis donc reconnaissante et avec le recul, c’est pourquoi j’ai pu connaître une bonne journée aujourd’hui (mardi). »

La judoka de 24 ans a souligné que son combat de demi-finale a été déterminant dans sa route vers la plus haute marche du podium.

« Je n’étais pas satisfaite de mes premiers combats et je savais que quelque chose devait changer en demi-finale. La façon dont je me suis sentie pendant ce combat a démontré que je pouvais exceller et qu’il n’y avait pas de raison que je ne vise pas la finale. »

Dans sa demi-finale, alors qu’elle était opposée à la Kosovare Nora Gjakova, Klimkait a été expéditive. Elle a montré la porte de sortie à son adversaire grâce à un ippon après 2 minutes de combat.

Tout de suite après, dans l’autre demi-finale, Deguchi savait qu’elle devait battre la Japonaise Momo Tamaoki si elle voulait conserver ses chances d’aller aux Jeux olympiques.

Dans un combat qui aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre, Deguchi était en contrôle et a bien contenu les attaques de son adversaire, sans toutefois s’imposer au pointage, ce qui a forcé la prolongation après les 4 minutes réglementaires.

Le combat hermétique s’est poursuivi et Deguchi n’a pas baissé le rythme, même si elle saignait du nez par moments. Tamaoki a fait tomber la Canadienne sur le tatami et après consultation de la reprise vidéo, les officiels ont jugé que la Japonaise avait marqué le point.

« Sasha (Mehmedovic, son entraîneur) et moi étions surpris, mais c’est ce qui a tranché l’issue du match. Il n’y avait rien que je pouvais faire », a mentionné Deguchi.

Klimkait savait donc qu’elle avait son billet olympique en poche avant sa finale pour le titre mondial.

« Honnêtement, regarder ce combat a fait ressortir beaucoup d’émotions pendant un moment. Mais je savais que je pouvais devenir championne du monde aujourd’hui et que j’étais prête, peu importe qui j’affronterais. Je ne me suis donc pas laissée emporter et j’ai conservé ma concentration pour la finale », a raconté Klimkait.

Une fois dans son duel pour une troisième place, Christa Deguchi a eu de la difficulté à bien se positionner pour attaquer son adversaire allemande Theresa Stoll. Grâce à sa plus grande taille, l’Allemande a eu une meilleure prise que la Canadienne qui s’est fait surprendre par ippon 8 secondes après le début de la prolongation.

« Honnêtement, j’étais drainée physiquement et mentalement. J’ai fait de mon mieux, sauf que ce n’était pas suffisant aujourd’hui. »

En raison des règles sanitaires qui compliquaient la présentation de combat de barrage entre les deux athlètes en sol canadien, Judo Canada avait décidé, de concert avec les athlètes, que le résultat des Championnats du monde déterminerait laquelle des deux représenterait le pays dans cette catégorie aux prochains Jeux olympiques.

Étienne Briand (-81 kg) sera le seul judoka canadien qui combattra mercredi.

-30-

Rédaction : Sportcom pour Judo Canada

Informations :

Patrick Esparbès
Directeur général adjoint
Judo Canada
(514) 668-6279
p.esparbes@judocanada.org